Identités, rapports sociaux, inégalités : intersections

Crédit : 2 ECTS

Ce cours se veut une introduction aux principaux concepts et méthodes qui permettent d’étudier la pluralité des régimes de pouvoir, la production des inégalités et les espaces de résistance ouverts aux actrices et acteurs. Les individus sont en effet positionnés différemment dans la hiérarchie de divers groupes sociaux, en fonction de leur classe sociale, de leur sexe, âge, sexualité, appartenance à une minorité racisée etc. Leur position peut également varier selon les situations. Surtout, les discriminations ou les privilèges ne s’additionnent pas simplement : ils s’articulent en fonction de rapports complexes, qu’il faut à chaque fois situer finement.
La première partie du cours sera ainsi consacrée à la lecture et à la discussion de textes théoriques sur les principaux rapports de pouvoir (genre, race, classe, âge, sexualité etc.) et sur la manière de penser leurs liens (analogie, imbrication, engendrement, intersection…).
La deuxième partie présentera quelques exemples d’enquêtes menées dans différents domaines (travail, migration, politique, sexualité…) qui ont justement mis en évidence les logiques et mécanismes d’articulation des différents rapports de pouvoir, et la capacité des individus d’agir et de résister dans ces configurations.

Dossier thématique par groupe de 3 ou 4 étudiant.e.s

BERENI Laure, CHAUVIN Sébastien, JAUNAIT Alexandre, REVILLARD Anne, Manuel des études sur le genre, Paris, De Boeck, 2012 FASSA Farinaz, LEPINARD Eléonore, ROCA i ESCODA Marta, L’Intersectionnalité : enjeux théoriques et politiques, Paris, La Dispute, 2016 Hill Collins Patricia et Bilge Sirma, Intersectionality, Cambridge, Polity, 2016. RENNES Juliette (dir.), Encyclopédie critique du genre, Paris, La Découverte, 2016



Année universitaire 2019 - 2020 - Fiche modifiée le : 15-07-2019 (18H17) - Sous réserve de modification.