Sociologie de la famille

Crédit : 2 ECTS

Volume horaire

  • Volume horaire global (hors stage) : 18 h

Compétences à acquérir

La « famille » se situe en tête du palmarès des valeurs des Européens : 88 % des Français la considèrent ainsi comme un domaine très important de leur vie et dans l’enquête Histoire de vie – Construction des identités de 2003, 86 % des personnes interrogées indiquent que la famille fait partie des trois domaines qui permettent le mieux de dire qui elles sont.
Tous les acteurs sociaux en ont une expérience directe. On la donne ainsi souvent à voir comme un corps intermédiaire naturel reliant l’individu à la société. On verra que son caractère d’évidence rend sa définition et sa construction en objet sociologique particulièrement difficile.
À partir des outils des sciences sociales (sociologie principalement, mais aussi anthropologie, histoire, démographie, science politique et économie), ce cours propose de porter un regard objectif, compréhensif et réflexif sur les relations familiales.

Description du contenu de l'enseignement

L'enseignement se déroule durant 6 séances de 3 heures assurées alternativement par Céline Bessière (Université Paris-Dauphine) et Sibylle Gollac (CNRS-CSU). Séance 1 – Qu’est-ce qu’une approche sociologique de la famille ? Se défaire des « prénotions » sur la famille et appréhender l’institution familiale comme un enjeu historique de luttes sociales et politiques ; Travailler à partir de matériaux empiriques et construire un regard objectif et réflexif sur les relations familiales. Séance 2- Les transformations historiques de la famille Principales évolutions du droit et des politiques familiales encadrant les relations de parenté ; Grandes évolutions démographiques : fécondité, formes de conjugalité, formes de ménages, divorces et séparations Séance 3 – Le grand récit de la « famille moderne » Une sociologie de la famille ancrée dans les analyses du changement social et les théories de l’individualisation de la société ; Des visions « pessimistes » et « optimistes » des changements de la famille ; critique de cette approche. Séance 4 – Famille et reproduction sociale Socialisation familiale, mobilité sociale intergénérationnelle, inégalités au sein des fratries; Homogamie et choix du conjoint, rapports du pouvoir au sein du couple ; Séance 5 – Les outils de l’anthropologie de la parenté pour penser la dimension économique des relations familiales Présentation des outils conceptuels de l’anthropologie de la parenté : lignée, maisonnée, parentèle ; Séance 6 – Famille et justice Evolutions du droit ; Professionnel·les du droit de la famille; Justice aux affaires familiales.

Mode de contrôle des connaissances

Modalités d’évaluation :
  • Contrôle continu (50%) : réalisation d’une fiche de lecture sur un livre choisi dans la liste proposée. Le travail attendu est un texte structuré de 4 à 5 pages (police 12, interligne 1,25). Le texte produit doit aborder les points suivants, en s’appuyant sur le cours : Présentation de l’auteur·e, de son parcours, de son inscription disciplinaire et du contexte d’écriture et de publication de l’ouvrage ; Présentation et discussion des matériaux empiriques sur lesquels s’appuie l’analyse ; Présentation et discussion des principaux résultats exposés dans l’ouvrage ; Discussion critique des apports et limites de l’ouvrage.
  • Contrôle final (50%) : devoir sur table (2h) portant sur la lecture critique de documents.

Bibliographie, lectures recommandées

Manuels disponibles Déchaux Jean-Hughes, 2009, Sociologie de la famille (1ère édition : 2007), Paris : La découverte, collection Repères. de Singly François, 2014, Sociologie de la famille contemporaine (1ère édition : 1993), Paris : Nathan, collection 128. Segalen Martine & Martial Agnès, 2014, Sociologie de la famille (1ère édition : 1981), Paris : Armand Colin, collection U. Ouvrages Ariès Philippe, 2014 [1960], L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime,Paris, Point Seuil. Avril Christelle, 2014, LES AIDES À DOMICILE : UN AUTRE MONDE POPULAIRE, Paris, La Dispute, 290 p. Bessière, Céline, 2010, De génération en génération. Arrangements de famille dans les entreprises viticoles de Cognac,Paris, Raisons d'agir, 221 p. CommailleJacques et MartinClaude, 1998, Les enjeux politiques de la famille. Paris : éditions Bayard. Davidoff Leonore et Hall Catherine, 2014 [1987], Family Fortunes: Hommes et femmes de la bourgeoisie anglaise (1780-1850), Paris, La Dispute, 440 p. FerrandMichèle, ImbertFrançoise et MarryCatherine, 1999, L'excellence scolaire : une affaire de famille,Paris, L'Harmattan, 210 p. FinchJanet & MasonJennifer, 2000, Passing on : Kinship and Inheritance in England, London : Routledge. FineAgnès, 1994, Parrains, marraines. La parenté spirituelle en Europe, Paris, Fayard, 390 p. Garcia Sandrine, 2011, Mères sous influence, Paris, La Découverte, 384 p. GourdonVincent, 2012 [2000], Histoire des grands parents,Paris : éditions Perrin. Henri-Panabière Gaële, 2010, Des héritiers en échec scolaire, Paris : La dispute. HochschildArlie Russell, 2017, Le prix des sentiments. Au cœur du travail émotionnel, Paris, La Découverte, 250 p. Lahire Bernard, 1995, Tableaux de famille : heurts et malheurs scolaires en milieux populaires, Paris, Gallimard, Seuil, 297 p. LambertAnne, 2015, “Tous propriétaires !” L’envers du décor pavillonnaire,Paris : Le Seuil, 278 p. Maillochon Florence, 2016, La passion du mariage, PUF, 400p. MartialAgnès, 2003, S'apparenter. Ethnologie des liens de familles recomposées,Paris, Editions de la MSH, 309 p. PinçonMichel et Pinçon-CharlotMonique, 2006 [1996], Grandes fortunes. Dynasties familiales et formes de richesse en France,Paris, Petite Bibliothèque Payot, 428 p. RaultWilfried, 2009, L'invention du Pacs. Pratiques et symboliques d'un nouvelle forme d'union.Paris, Presses de sciences Po, 276 p. RobcisCamille, 2016 [2013], La loi de la parenté. La famille, les experts et la république,Fahrenheit Éditions. SchwartzOlivier, 2012 [1990], Le monde privé des ouvriers. Hommes et femmes du Nord,Paris, PUF, 552 p. SERREDELPHINE , LES COULISSES DE L’ÉTAT SOCIAL. ENQUÊTE SUR LES SIGNALEMENTS D’ENFANT EN DANGER, Paris, Raisons d’agir, 2009, 310 p. ThéryIrène, 2001 [1993], Le démariage, Justice et vie privée,Paris, Odile Jacob, 469 p. VernierBernard, 1991, La genèse sociale des sentiments. Aînés et cadets dans l'île grecque de Karpathos,Paris, EHESS, 312 p. WeberFlorence, 2013 [2005], Penser la parenté aujourd’hui. La force du quotidien, Paris, Editions rue d’Ulm, 264 p. YoungMichael et WilmottPeter, 2010 [1957], Le village dans la ville. Famille et parenté dans l'Est londonien, Paris, PUF, 188 p. Zelizer Viviana, 2005, THE PURCHASE OF INTIMACY, Princeton University Press, Seuil, 356 p.

Enseignant responsable

CELINE BESSIERE



Année universitaire 2019 - 2020 - Fiche modifiée le : 18-04-2019 (16H23) - Sous réserve de modification.